La luminothérapie est une technique consistant à baigner son visage et principalement ses yeux dans un flux de lumière grâce à une lampe spécifique.

La luminothérapie est très souvent utilisée pour améliorer la dépression ainsi que les troubles du sommeil.

Largement répandue dans les pays nordiques, cette technique a aujourd’hui acquis des fondements solides.

Quelle est l’origine de la luminothérapie ?

Cette technique a été découverte pour la 1ere fois par le médecin danois Ryberg Finsen. Celui-ci s’intéressait alors à des maladies comme la tuberculose. Il reçut le prix Nobel en 1903 pour ses travaux. Ensuite, la luminothérapie est vite retombée dans l’oubli.
Dans les années 80, un psychiatre et chercheur, Norman E. Rosenthal, l’étudie et l’utilise pour soigner la dépression chronique. Malgré des résultats très encourageant dans la lutte contre la dépression, la luminothérapie mettra près de 30 ans avant d’être prise au sérieux.
Encore aujourd’hui, beaucoup croit qu’il ne s’agit que d’un gadget, ce qui est faux. De très nombreuses études ont prouvées, scientifiquement, les bienfaits de cette technologie.

Comment fonctionne la luminothérapie ?

Chaque être humain est synchronisé sur un cycle de 24 heures par le biais de son horloge interne. Le matin, lorsque la nuit fait place au jour, la lumière perçue à travers les cellules ganglionnaires de la rétine empêche la transformation de la sérotonine en mélatonine. La mélatonine étant l’hormone qui favorise le sommeil. Le soir, c’est le schéma inverse. Sans lumière du jour, la sérotonine est de nouveau transformée en mélatonine. Aidant ainsi le sujet à se préparer au sommeil.

Pour résumé, un cycle circadien normal permet de booster la concentration en sérotonine la journée et en mélatonine la nuit. La sérotonine agit naturellement comme un antidépresseur et diminue les sensations de douleur.

Une étude a prouvée que l’utilisation de simulateurs d’aube augmente le taux de cortisol le matin. Le cortisol est une hormone « boostante », comme la sérotonine. Hormone du stress aussi. Ce qui n’arrange pas forcément les fibromyalgiques, souvent assez stressés ou angoissés.

Chez les personnes souffrant de dépression chronique par exemple, ce cycle est perturbé. Source : Pacchierotti C, Iapichino S, et al. Melatonin in psychiatric disorders: a review on the melatonin involvement in psychiatry. Front Neuroendocrinol. 2001 Jan;22)

La luminothérapie permet alors de rééquilibrer les phases du cycle circadien. C’est-à-dire de mieux dormir la nuit et de se sentir en forme le jour.

Et avec la fibromyalgie ?

Une étude récente menée par le Dr Mohab Ibrahim, de l’université d’Arizona a démontré que la lumière verte, de faible intensité permet de réduire les migraines et les douleurs fibromyalgiques.

Cette découverte s’est faite par hasard. Le Dr Ibrahim avait l’habitude de se ressourcer en pleine nature, assis sur un banc et entouré de lumière verte. Il avait détecté que ces « bains de verdure » diminuaient ses migraines, sans en connaitre la cause : l’atmosphère, la tranquillité ou la lumière verte.

Une étude sur des rats lui permis de découvrir que la lumière verte réduisait de les douleurs neuropathiques chez ceux-ci.

Un petit essai clinique sur des personnes humaines conforta la théorie. De 40 à 50 % de douleurs en moins ! Le bénéfice de cette cure d’exposition à la lumière verte a duré 4 jours après le dernier bain de lumière.

Le Dr Ibrahim travaille en ce moment avec Rajesh Khanna, professeur en pharmacologie. Les 2 hommes cherchent à comprendre le mécanisme engagé dans la réduction de la douleur. De base, la lumière verte créerait moins de signaux électriques dans le cerveau et l’oeil. La lumière verte augmenterait également le taux d’opioïdes endogènes circulants. D’où un effet bénéfique sur la réduction de la douleur.

Ibrahim note qu’un autre avantage majeur de cette thérapie est que, dans les études précliniques, elle a fourni un effet synergique lorsqu’elle est associée à des opioïdes. Ainsi, une dose plus faible du médicament est nécessaire, ce qui réduit les risques de dépendance, d’effets secondaires et d’autres problèmes de santé potentiels.

De l’opium contre les douleurs. L’idée n’est pas nouvelle, mais c’est moyen d’en créer simplement sans avoir recours à des médicaments aux effets secondaires importants.

Le Dr Ibrahim et son collègue le professeur Rajesh Khanna expliquant à la presse leurs découvertes

Lumière verte ou luminothérapie ?

La luminothérapie est efficace pour resynchroniser les personnes ayant des troubles du sommeil et pour celles ayant des troubles dépressifs saisonniers ou chroniques. Elle est également très efficace dans le traitement des dépression non saisonnières, couplée avec un antidépresseur de la famille de la fluoxétine (Prozac …) (source). En général on utilise des lumières blanches ou bleues puissantes (10 000 lux).

Mais cette lumière blanche intense, comme la bleue ou la rouge augmente, chez certaines personnes, la survenue et l’intensité des migraines. A noter que la lumière bleue semble être la plus douloureuse (écran d’ordinateur, de smartphone …). Bien que ce point soit très discuté et pas vraiment prouvé. (Source)

  • Si vous êtes sujet aux migraines, la luminothérapie classique risque de vous rendre encore plus malade. Pour resynchroniser votre horloge biologique et vous réveillez en forme, essayez plutôt un simulateur d’aube, moins puissant en terme de lumière. Il vous faut aussi absolument essayer la lumière verte peu intense.
  • Si vous n’êtes pas migraineux, vous pouvez tester la luminothérapie classique en lumière blanche, tous les matins, à raison de 20 – 30 minutes au moment du petit déjeuner par exemple. Et, tous les jours, vous baigner pendant 1 à 2 heures dans un bain de lumière verte, pendant une dizaine de semaine.

Aidez-nous à faire connaitre Fibropedia